07 mars 2007

publié le 3/07/2007 06:20:00 PM


Kleenex séparables

>>

Nous, les gens de droite, on adore la soupe. Moi même je sers la soupe à Nicolas (mange donc ta soupe que j'lui dis au petiot, sinon tu ne seras jamais grand) et Nicolas sert la soupe à Laurence. On adore aussi se cirer les pompes. Moi je cire les talonnettes à Nicolas (arrête donc de t'essuyer les pieds sur le Code du travail que j'lui dit au nain de Neuilly, ça te fait des bouloches) qui lui même cire les escarpins de Laurence. On est comme ça à droite, solidaires contre les pauvres, unis comme les cinq doigts d'Hanin. On est vraiment une grande famille. Comme l'entreprise.

Oui parce que l'entreprise c'est une grande famille. Laurence l'explique très bien. Moi par exemple chez Typepad, je suis le beauf. Mes semi-esclaves, mes salariés, enfin je veux dire mes collaborateurs, ce sont de grands enfants, parfois un peu turbulents mais avec un bon fond. C'est pour ça qu'il faut absolument "dé-dra-ma-t-ise-r les modalités de licenciement", y compris pour les soutiens de famille. Il faut "oser la comparaison avec le divorce"; "une démarche analogue au divorce pourrait s'appliquer au droit du travail, pour peu que l'on suppose un désir ou un intérêt commun à l'entreprise et au salarié de se séparer " Sauf que quand même le salarié et le patron et bin ils ne sont pas mariés sous le régime de la communauté de biens parce que sinon vous imaginez la pagaille! Hi hi hi! On serait obligé de tout partager! Lol! Et puis c'est vrai que si un salarié refuse d'honorer son devoir conjugal en se faisant enculer tous les jours par son patron, il faut bien que le patron, comme n'importe quel bon mari, puisse prendre une seconde épouse en CNE.

Enfin bref, tout ça c'est que Laurence appelle, avec il faut bien le dire une réelle bravitude, l'esprit de "séparabilité". Pouvoir licencier pour mieux embaucher c'est très ingénieux.
Le seul truc qui me fait souci c'est que depuis qu'on a légalisé le divorce, les gens ne sont pas plus nombreux à se marier.

C'est vraiment d'une très grande complexitudabilité.

tu la sens ma droite?

Rédigé par Loïque


3 commentaires:

8 mars 2007 à 10:10:00, Anonymous Anonyme a dit

Loïque, quand tu vires un de tes collaborateurs, n'oublie pas de lui demander une prestation compensatoire, pour tout le souci qu'il te cause. Ca te payera le stage de kite-surf.

 


8 mars 2007 à 18:16:00, Anonymous Alain Minc a dit

Ou les billet pour le prochain marathon de NY avec PPDA.

 


Joli compte rendu, presque exact !
Bon week end !

 


Enregistrer un commentaire

(pas de spam)

Voici qui je suis et un portrait-audio

Le livre que j'ai lu en cinquième :


Envoyé avec un Nokia N93 et une ligne Orange